16Juin
Christian Vachon
Essais

Le chroniqueur qui allume

Tristan Malavoy est un chroniqueur estimable. Il rédige des chroniques qui allument la réflexion. Dans Feux de position, édité ce printemps aux Éditions Somme toute, il a regroupé une trentaine de chroniques, billets et entretiens qu’il a publiés pour la plupart à l’hebdomadaire Voir et au magazine L’actualité entre 2004 et 2016, désireux de les soumettre à l’épreuve du temps. Épreuve concluante : les textes vieillissent bien.

« Pourquoi donner une deuxième vie à ces textes qui en ont déjà eu une, et une belle », s’interroge tout de même l’auteur en avant-propos?

J’ose lui répliquer : parce qu’ils sont bons. Parce qu’ils n’ont rien d’insignifiants. Parce que le chroniqueur s’efforce, souligne en toute justesse l’universitaire Normand Baillargeon en préface, « de donner de la perspective et de la profondeur historique à son propos ». Malavoy ne s’adonne pas à l’épate d’un Richard Martineau. Il désire avant tout provoquer la réflexion, « allumer, dans l’obscurité de notre temps, le feu de nos positions ».

Plusieurs de ces « vieux papiers », regroupés dans une section intitulée « Maintenant », portent sur des « enjeux qui ont agité et continuent d’agiter le Québec », l’un des buts avoués de l’exercice de Malavoy étant de « mesurer ce qu’il y a de cyclique dans la vie des peuples et des idées ».

Vous souvenez-vous du Mouvement des Indignés à l’automne 2011? Tristan Malavoy a soutenu avec plaisir ces « fauteurs de troubles » (« Indignés, bain chaud et désinfo », Voir, 10 novembre 2011 : « Les indignés de Wall Street, de Montréal et d’ailleurs ne souhaitent qu’une chose : demeurer dindon le moins longtemps possible »), tout comme les « carrés rouges » de l’année suivante (« La presse écrite et le syndrome de l’autruche », Voir, 17 mai 2012).

Il se demande toutefois s’il n’est pas en train de devenir un « monstre » en ne partageant pas l’indignation de milliers de bien pensants horripilés par l’éventuelle présence sur scène de Bertrand Cantat dans une pièce du TNM (« Vade Retro, Bertrand Cantat », Voir, 7 avril 2012). Il allume des feux de position tout aussi défiants lors de « l’affaire » Claude Jutra (« L’affaire Jutra et la pédophilie au fil du temps », L’actualité, 17 février 2016 : « On ne peut pas se permettre de ne pas savoir sur quel pied danser. Ni de fermer les yeux, même à demi (…) dissiper ce qu’il reste de brumes sur l’importance de ne rien excuser du geste pédophile »).

Le chroniqueur est un fin observateur des travers de notre temps, révèle cette mise à l’index (dans « Des feux mal éteints »), passée quasi inaperçue, des ouvrages de l’auteure jeunesse québécoise Marie Hélène Poitras, à Sudbury, en Ontario, où se questionne sur le phénomène (simple « buzz »?) des super-héros, lors de la tenue d’un « Comic Con » à Montréal (« Faire le plein de super », Voir, 9 septembre 2010 : « Les super ont la cote (…) dans un monde en quête de nouveaux repères »).

Tristan Malavoy – j’apprécie – possède surtout une vaste culture générale et sait, comme le mentionne aussi Normand Baillargeon, frotter sa réflexion à celle de nombreux auteurs et à diverses traditions intellectuelles, à faire surgir, au détour d’une chronique, le Rum Diary d’un Hunter S. Thompson ou le Mainstream de Frédéric Martel.

Le chroniqueur est un grand lecteur, un tellement grand lecteur que ses chroniques finissent fréquemment par se détacher de l’actualité pour s’inspirer de ses passions de lecture ou d’écrivain. Ses chroniques, ou « billets libres », font d’ailleurs l’objet d’une autre section, dite « style papillon », où, entre autres, Tristan Malavoy nous entretient des relations irrévérencieuses entre Jose Saramago et l’Église (« Que celui qui n’a jamais pêché… », Voir, 25 juillet 2010); d’une promenade sur l’autoroute avec Gaston Miron (« Sur la 10 avec Miron », Voir, 26 août 2010); de petites vacheries d’Anatole France (Voir, 13 juin 2008 : « La vie est trop courte, et Proust est trop long »); d’un Hubert Aquin à l’origine du Grand Prix automobile de Montréal (« Grand Prix de Montréal : des chiffres et des lettres », Voir, 22 octobre 2008); et d’un film, appelé à devenir culte, sur les rapports de l’homme à la nature (« « Le revenant » : la redécouverte de l’Amérique », L’actualité, 2 février 2016).

Tristan Malavoy nous raconte aussi ses tribulations de Tintin voyageur à Berlin (« Une trilogie berlinoise », L’actualité, 21 octobre 2014, un regard croisé sur Berlin, vingt-cinq ans après la chute du Mur), et en Russie (« Russie : la grande traversée », L’actualité, 1er novembre 2013 : « mes préjugés se sont émoussés »). Il nous dévoile également son histoire familiale lors de cette rencontre avec un vétéran de 90 ans, Henry Dovalas, (« Le choix des armes », Voir, 24 juin 2010 : « il y a des moments où il y a une noblesse dans le fait de prendre des armes », des aïeux de Tristan ont combattu pour la France Libre), ou dans cette chronique où il encense son arrière grand-mère maternelle, sa grand-mère paternelle et sa mère (« Les femmes de nos vies », Voir, 8 mars 2012). Un bon chroniqueur sait émouvoir.

Les « feux de position » de Tristan Malavoy brûlent avec moins de vigueur dans ses « Tête-à-tête » en fin d’ouvrage, des entretiens « marquants » avec des créateurs d’ici (Marie-Claire Blais, Denis Villeneuve, Robert Lepage,…) et d’ailleurs (Carlos Fuentes, Andréï Makine,…), mais le coup d’œil vaut tout de même la peine, ne serait-ce que pour cet éloquent portrait de Nelly Arcan, lors de la sortie de Folle (« Nelly Arcan, peine capitale », Voir, 25 août 2004 : « Nelly Arcan n’existe pas et c’est très bien ainsi »).

À consulter :

— Tristan Malavoy, Feux de position : Chroniques, billets et entretiens 2004-2016, Somme toute.

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Temps des Fêtes (novembre / décembre)

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Hiver (janvier à mars)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Horaire régulier

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

Temps des Fêtes (décembre)

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

Été (juin à août)

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo