13Mar
Christian Vachon
Essais

Des féministes en terre d’Islam

Osire Glacier (Hadouche) nous exhorte à cesser d’avoir peur dans Femmes, Islam et Occident, publié chez Pleine lune (dans sa nouvelle collection « Regards solidaires »), à cesser de craindre cette diaspora musulmane « (qui ne) représente (pas) une menace à l’égalité des sexes ». « Les femmes arabo-musulmanes », soyez-en certain, « se mobilisent depuis le siècle dernier ».

 

À l’aide de ce recueil de textes, de conférences et d’articles sur l’histoire des femmes en Islam, la Québécoise d’origine marocaine, professeure à l’Université  Bishop et spécialiste des droits de la personne, veut faire disparaître cette ligne de démarcation méprisante entre nous (l’Occident, la liberté de choix) et eux (l’Islam, la soumission, le voile), veut en finir avec les généralisations, en démontrant que le label « musulman » « abrite des identités plurielles allant des individus athées à des individus qui ont choisi une spiritualité qui ne se rattache à aucune tradition religieuse, en passant par des personnes croyantes et tolérantes ».

Le féminisme n’est pas propre à l’Occident, s’acharne à souligner Osire Glacier; les femmes arabo-musulmanes revendiquent depuis longtemps, elles aussi, l’égalité des droits. L’histoire, en terre d’Islam, n’est pas que de longs siècles d’obscurantisme. En fait, cette prétendue soumission de la femme musulmane « est un pur produit politique », « une instrumentalisation de la religion » par des régimes autoritaires et patriarcaux en Afrique du Nord et au Moyen Orient, tente de nous convaincre l’universitaire.

Elle nous fait d’abord une « lecture historique » de ce voile qui obscurcit tant notre vision positive des femmes arabo-musulmanes. Ce symbole d’oppression des femmes et des « nations colonisées », qui sert tant à avaliser la supériorité de la civilisation occidentale, subit un retournement depuis le « 11 septembre ». Il permet maintenant, à celles qui le portent, d’afficher agressivement leur ethnicité, de revendiquer que leur civilisation n’est pas « inférieure ».

Les femmes en terre d’Islam, nous rappelle Osire Glacier, ont pris conscience, bien avant qu’on les « éduque » à ce sujet, du symbolisme « oppressif » du voile. Elle remémore ce geste historique accompli par l’Égyptienne Huda Shaaraoui « qui fut la première femme du monde arabo-musulman à se dévoiler en 1923 ».

Osire Glacier en profite, par la suite, pour présenter un « bref historique » du féminisme arabo-musulman, une histoire qui remonte au XIXe siècle, avec ce « féminisme invisible », à l’intérieur des harems, principalement fondé sur un Islam « religion de justice et d’équité », donc ne faisant pas entrave au droit à l’éducation des femmes. Le féminisme arabo-musulman s’ancre manifestement dans le nationalisme, entre 1920 et 1969, avec le développement des mouvements publics des femmes. Le geste d’éclat de Huda Shaaraoui (une foule de femmes vont l’applaudir, précise Osire Glacier) est d’ailleurs l’une des premières identifications de ce féminisme « explicite ». Une Union féministe arabe est créée dès 1945.

Les luttes féministes arabo-musulmanes vont toutefois se complexifier lors des années 1970 avec l’émergence du fondamentalisme islamique (légitimant les « normes patriarcales » par un discours religieux : la « réclusion des femmes est un devoir qui découle d’une loi divine »). Les féministes arabes, que ce soit au Maroc (un combat qu’elle décrit dans les textes « La trace des femmes dans l’histoire du Maroc » et « Pouvoir et production du savoir : le cas du féminisme marocain ») ou ailleurs en terre d’Islam, doivent de peine et de misère démontrer que leur lutte est une réponse endogène (non télescopée par l’Occident), qu’elle n’est pas une menace à la culture et aux traditions du pays.

L’Islam peut et sait se réformer, rappelle fréquemment Osire Glacier. Elle cite, dans ses articles « Les femmes, l’Islam et quelques réformistes » et « Islam, État, citoyenneté et discours de laïcité », les cas, entre autres, de Khaïr Eddine al-Tunsi, cet intellectuel de la « nahda » (mouvement de renaissance arabe préconisant l’instauration d’un état de droit) qui affirme que la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques n’est pas une idée étrangère à l’Islam, que la société musulmane porte en elle-même les instruments de son avancée politique, et d’Abderraziq, ce précurseur de la laïcité en Islam qui, au lendemain de l’abolition de l’institution du califat en 1924, conclut, dans son ouvrage L’Islam et les fondements du pouvoir, que « l’Islam est un message de Dieu et non une propagande politique. L’Islam est une religion et non un État ».

Elle précise surtout, à partir de ces textes, que les pays musulmans, ou ailleurs, abritent « une multitude de voix et une pensée plurielle », notamment en matière d’égalité des sexes, ne serait-ce qu’avec ce Qasim Amin, un des cofondateurs du Mouvement national égyptien qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, lance un plaidoyer pour l’émancipation des femmes : « Qu’on éduque les femmes pour permettre à la nation de se développer » et, tout récemment, avec cette citoyenne américaine, Amina Wadud, professeure en études islamiques en Virginie, qui créa un controverse en mars 2015 en menant une prière du vendredi d’une communauté musulmane à New York, ou encore ce nouveau féminisme qui émerge, en Égypte, en Tunisie, après les révoltes arabes de 2011, des femmes qui osent se définir comme laïques et féministes sur des blogues qu’elles gèrent, qui osent se montrer nues (« mon corps m’appartient, il n’est l’honneur de personne »). Certes, le phénomène est encore marginal, mais il ne peut être ni ignoré, ni sous-estimé.

Osire Glacier, en conclusion, insiste plus que jamais sur une violation des droits des femmes qui n’a rien d’un déterminisme culturel, ni en Afrique du Nord, ni au Moyen Orient. Il est un produit des structures autoritaires et patriarcales, citant l’exemple de son pays d’origine, à l’aide de son dernier texte « La fabrication de l’immobilisme culturel dans les pays arabo-musulmans : le cas du Maroc », avec son roi « commandeur des croyants », et son élite dirigeante, interdisant tout discours qui pourrait déstabiliser leur mainmise sur la définition de la culture, des traditions, et de la religion du pays, censurant les activités de l’A.M.D.H. (l’Association marocaine des droits humains), interdite depuis 2014, encourageant « une politique d’illettrisme et de privation de l’éducation et du savoir ».

L’Occident, qui se prétend éclairé, renforce les institutions de répression dans ces pays arabo-musulmans « amis » comme le Maroc (la crainte, toujours, de voir surgir un « nouvel Iran », de « nouveaux talibans »), et participe indirectement à la destruction « des mouvements sociaux et populaires ». « Sans démocratie, la mise en œuvre des principes de l’égalité des sexes n’est pas réalisable ».

Tout serait plus simple si cette question de l’égalité en Islam se limitait à un bombardement d’une dizaine de barbus soumettant les femmes au port du voile.

Détrompez-vous : « Ce sujet des femmes en Islam s’inscrit dans des problématiques plurielles, notamment la définition des genres, la nature des relations entre gouvernés et dirigeants dans les pays musulmans, et les rapports de domination entre nations. Il faut se rendre compte des facettes multiples de ce problème ».

Bref, un petit effort, voyez au-delà du voile.

– À consulter :
Osire Glacier (Hadouche), Femmes, Islam et Occident, Pleine lune, coll. « Regards solidaires ».

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Janvier à juin • Septembre à novembre

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

De juin à août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo