7Mar
Christian Vachon
Histoire

Des aventuriers et aventurières à se souvenir en 2018

En 2018, le 29 octobre, souvenons-nous de la mort, il y a quatre cents ans, de cet aventurier britannique Walter Raleigh, né en 1522 ou en 1524, on ne sait trop, un explorateur, fondateur en 1584 de l’établissement de la Virginie, écrivain et poète à ses heures, courtisan bien apprécié de la reine Élisabeth, à qui il fait comprendre qu’il n’y a pas d’indépendance de l’Angleterre « sans contrôle des mers ». Il eut moins de succès auprès d’un des successeurs de la Reine Vierge, Jacques Ier, qui le fit emprisonné, puis décapité, le 29 octobre 1618, pour « haute trahison ».

En 2018, le 5 mars, souvenons-nous de la naissance, à Trèves, en Rhénanie, il y a deux cents ans, de cet aventurier de la philosophie allemande Karl Marx qui s’acharna à donner un caractère scientifique à la société humaine. Il appela cela la « conception matérialiste de l’histoire », « saisir le réel dans une logique ». Une construction brillante, en théorie, mais constamment battue en brèche, quand il s’agit de la mettre en pratique, par les « illogiques passions humaines ». Le volume 13 : 1875-1880, publié aux éditions Sociales, de sa Correspondance avec son collaborateur, son grand ami, le théoricien Friedrich Engels, sera disponible, au Québec, dès le 26 mars. L’aventurier, mort le 14 mars 1883, à Londres (où il vivra presque la moitié de sa vie, à s’épuiser et à s’endetter, à écrire son volumineux Das Kapital), est enterré à Highgate. Depuis l’été 2015, la visite de sa tombe est payante (4 à 6 livres à débourser).

En 2018, le 24 octobre, souvenons-nous de la naissance, à Saint-Mandé en France, il y a cent-cinquante ans, d’une incroyable aventurière Alexandra David-Néel. Elle fut chanteuse d’opéra, anarchiste, militante féministe, mais surtout une audacieuse exploratrice, la première femme d’origine européenne à séjourner, à Lhassa, au Tibet, en 1924. Elle s’introduisit dans la « cité interdite » sous une fausse identité (elle fut, semble-t-il, démasquée « pour cause de propreté trop grande »). Rendue célèbre par son exploit, elle profita de son renom, et de sa longue, très longue vie (elle meurt, à plus de cent ans, le 8 septembre 1969), pour se faire l’apôtre de la philosophie bouddhiste. Des parutions lui sont consacrées en ce début d’année 2018 : un coffret réunissant les deux tomes, en bande dessinée, d’Une vie avec Alexandra David-Néel (une adaptation de Dix ans avec Alexandra David-Néel de Marie-Madeleine Peyronnet) par Frédéric Campoy et Mathieu Blanchot, chez Grand angle, et un recueil hommage, chez Stock, Dans les pas d’Alexandra David-Néel, des écrivains Éric Faye et Christian Garcin (parution au cours de l’hiver).

En 2018, le 5 octobre, souvenons-nous de la mort, lors d’un combat aérien, il y a cent ans, de cet aventurier de l’aéronautique Roland Garros. Né le 6 octobre 1888, à l’île de la Réunion, une possession française de l’océan Indien, ce passionné d’aviation depuis la fin de l’adolescence fut le premier à oser faire en aéroplane (sur un monoplan en fait) la traversée de la Méditerranée, le 13 septembre 1913. Audacieux et imaginatif, même en temps de guerre, il fut aussi le premier, au printemps 1915, à armer son appareil d’une mitrailleuse tirant dans l’axe de l’avion (à travers le champ de rotation de l’hélice). Un de ses amis, Émile Lesieur, en 1928, lui fera l’honneur, après son décès, de baptiser de son nom le stade de tennis qu’il faisait construire à Paris. Un choix qui aurait certainement fait sourire Garros : bien que sportif accompli (il pratiquait le cyclisme, le rugby), il ne fut jamais un très grand adepte de ce sport de raquette.

En 2018, le 17 juin, souvenons-nous de la naissance à Paris, il y a deux cent ans, de Charles Gounod, aventurier de la musique romantique. Mort le 18 octobre 1893, il a légué de grandioses opéras : La reine de Saba en 1862, Roméo et Juliette en 1867, mais il a surtout fait don à la culture populaire de cet Air des Bijoux de son Faust, rendu célèbre par la Castafiore des albums de Tintin : «Ah ! Je ris de me voir si belle en ce miroir… ». Ses Mémoires d’un artiste (en fait, le récit de son parcours de jeunesse jusqu’à la création de Faust en 1859) vont être réédités, chez Actes Sud, en mars.

En 2018, le 13 novembre, souvenons-nous de la mort, à Paris, il y a cent-cinquante ans, d’un autre aventurier de la musique Giovanni Rossini, né le 29 février 1792, à Pesaro en Italie, qui, en plus de s’amuser à composer les airs entraînants du Barbier de Séville, en 1815, et de Guillaume Tell, en 1829 (repris, près de 150 ans plus tard, avec des arrangements célestes, dans l’Orange mécanique de Kubrick), fut un bon vivant à la table réputée. Il publiera même un livre de cuisine.

En 2018, le 6 février, souvenons-nous de la mort, il y a cent ans, à Vienne, de Gustav Klimt, né le 14 juillet 1862, peintre, céramiste, et aventurier de l’art qui ose se détacher, dès le milieu des années 1890, du « style académique ». Ne craignant pas de « plaire à un petit nombre », il crée, en 1897, le « groupe des sécessionnistes » : « À chaque époque son art, à tout art sa liberté ». Ses paysages, portraits et murales, où il utilise souvent l’or, par leur avant-gardisme, et l’ambiance envoûtante, continuent d’intriguer et de fasciner aujourd’hui. Une biographie concise, Klimt par Serge Sanchez, a paru, au mois de novembre dernier, dans la collection « Folio », tandis que la revue jeunesse d’histoire de l’art Dada lui consacre son numéro 223, au mois de janvier, et qu’une bande dessinée consacrée à sa carrière, Klimt par Jean-Luc Cornette et Marc-Renier, sera également disponible, dès le début de l’année 2018, dans la collection « Les grands peintres » de Glénat.

En 2018, le 2 octobre, souvenons-nous enfin de la mort, il y a cinquante ans, à Neuilly-sur-Seine, de Marcel Duchamp, aventurier et explorateur de l’infini artistique. Né le 28 juillet 1887, cet autodidacte (il n’a pas fait d’école d’art), fils d’un notaire français et d’une mère musicienne, fait métier d’expérimentateur, s’essayant, entre autres, à la « décomposition du mouvement » avec son Nu descendant un escalier (1911-1912) à l’influence très cinématographique, et à la « provocation », en 1917,  avec sa Fontaine ou Fountain (un simple urinoir) qu’il signe R. Mutt. Inventeur du « ready-made », il se tient un peu en retrait du dadaïsme, mais tâte, avec entrain, du surréalisme. À dire vrai, il fait de l’art un laboratoire, et de sa vie un immense « happening ». « J’ai eu une vie absolument merveilleuse », ose-t-il dire. Sur sa tombe, on retrouve cet épitaphe : « D’ailleurs c’est toujours les autres qui meurent ».

Fermer

Service aux
institutions

T 418 692-1175, poste 2 F 418 692-1021 Courriel

Commandes
internet

Courriel

Événements littéraires,
publicité, dons et commandites

Courriel

Vieux-Québec

  • 1100, rue Saint-Jean
  • Québec (QC) Canada
  • G1R 1S5
T 418 694-9748 F 418 694-0209 Courriel

Heures d'ouverture

De janvier à mars

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

D'avril à octobre

9 h 30 à 22 h tous les jours

Novembre et décembre

9 h 30 à 21 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 22 h du jeudi au samedi

Saint-Roch

  • 286, rue Saint-Joseph Est
  • Québec (QC) Canada
  • G1K 3A9
T 418 692-1175 F 418 692-1021 Courriel

Heures d'ouverture

Janvier à juin • Septembre à novembre

9 h 30 à 18 h du samedi au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au vendredi

De juin à août

9 h 30 à 19 h du dimanche au mercredi
9 h 30 à 21 h du jeudi au samedi

Décembre

9 h 30 à 18 h du dimanche au mardi
9 h 30 à 21 h du mercredi au samedi

À propos

Fondée en 1972, la Librairie Pantoute, dont les deux succursales sont agréées, compte, au total, plus de 50000 titres en inventaire.  Elle est membre de l’Association des librairies du Québec (ALQ) et du regroupement des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

En 2012, elle célébre ses 40 ans d’existence. En 2014, la Librairie et Le Studio P deviennent la propriété de leurs employés qui se sont regroupés sous forme d’une corporation et d’une coopérative. La Librairie compte une trentaine d’employés.

Services

  • Service aux institutions

La Librairie Pantoute offre un service personnalisé, courtois, efficace et rapide aux institutions publiques et privées.

Service de commandes

– Suivi rigoureux de vos commandes et de votre budget
– Commandes spéciales (Europe et États-Unis)
– Réservations automatiques de séries BD
– Commandes en ligne de livres papier et numériques
– Livraison rapide et gratuite dans la région de la Capitale Nationale (des frais sont à prévoir pour le reste du Québec)

Service de recherches

– Recherches bibliographiques avancées
– Suggestions d’ouvrages selon vos besoins
– Envois de livres en consignation

Visites en librairie

– Nous vous accueillons en librairie ou dans notre salle de montre de la succursale Saint-Joseph
– Conseils de nos libraires spécialisés
– Présentations sur des thèmes ou des genres précis chez nous ou chez vous!

Institutions Hors-Québec

– Rabais de 15 % sur la plupart des livres
– Livraison rapide
– Service bilingue

Pour information.

  • Service aux particuliers

– Service-conseil personnalisé
– Commandes de livres et commandes européennes
– Recherches bibliographiques avancées
– Compte de fidélité

  • Commandes Internet

– Commandes en ligne de livres papier et numériques sur pantoute.leslibraires.ca

  • Événements littéraires

La Librairie croit que son rôle de diffuseur culturel auprès de la population est important. C’est pourquoi elle organise régulièrement des événements littéraires tels que des lancements de livres, des séances de signature et des causeries.

Pour information.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Menu Rechercher
MamboMambo